JOUR 2 : DON’T WIPE TEARS WITHOUT GLOVES PAR LADYTERUKI

Un litre de larmes – Projection de Don’t ever wipe tears without gloves

Il est des choses difficiles à aborder ; en temps normal, et à la télévision. A mesure que les séries ont repoussé les limites des sujets traités, et de leur traitement lui-même, les spectateurs ont considéré comme normal que les fictions abordent des problématiques complexes et douloureuses. Il en est pourtant encore qui ont du mal à faire leur place sur les écrans, et ce, dans la plupart des pays de la planète.
Certains ont essayé. Aux États-Unis, on se souvient d’Angels in America en 2004, adaptée de la pièce du même nom, et couverte de récompenses ; avec un effort de mémoire, certains peuvent également évoquer Life Goes On de 1991 à 1993 (diffusée en France sous le titre de Corky, un enfant pas comme les autres), la première série à avoir mis en avant un personnage, d’abord secondaire, puis central, malade du SIDA, puis à avoir chroniqué les évolutions de sa maladie. Ailleurs, c’est le mélodrame Ichi Rittoru no Namida qui, au Japon, en 2005, a participé à l’éveil d’une génération à des problèmes qui restaient tus dans les médias grand publics ; plus récemment, l’impressionnante série sud-africaine Intersexions, gigantesque patchwork d’expériences autour du virus, a su se distinguer par la versatilité et l’originalité de son ton. Lentement, frileusement, la télévision accepte de parler de ce qui fait mal dans les problématiques du SIDA.
Il manquait un point de vue européen, peut-être : le voici depuis l’hiver dernier avec Torka Aldrig Tårar Utan Handskar, mini-série en 3 épisodes présentée hier pendant le festival Séries Mania, sous le nom de Don’t ever wipe tears without gloves.

2013-04-24 - Torka 1

Créée par Jonas Gardell, auteur suédois qui a publié son premier roman à 22 ans, mais également scénariste, comédien de stand-up, et activiste, Torka Aldrig Tårar Utan Handskar est avant tout une page d’Histoire.
On retourne dans les années 80, à Stockholm ; bien que l’homosexualité y soit décriminalisée de longue date (depuis 1944 en fait), et ne soit plus considérée comme une maladie (depuis la toute fin des années 70), on n’y vit pas son orientation sexuelle au grand jour, les mentalités ayant du mal à changer tout-à-fait. Mais la capitale est devenue le point de ralliement d’une grande partie de la communauté gay de l’époque, et c’est justement comme cela que Benjamin et Rasmus finissent par s’y croiser ; ils sont jeunes, ils sont beaux, et ils pensent avoir toute la vie devant eux. Malheureusement, l’histoire d’amour va virer à Love Story…

Puisant dans son expérience (et le roman en trois volets qu’il prépare en parallèle du script de cette mini-série), Jonas Gardell livre donc une chronique d’une époque, chose que souligne la voix-off qui ouvre les épisodes et clôt la série. Torka Aldrig Tårar Utan Handskar met un point d’honneur à replacer chaque chose dans son contexte. Au spectateur moderne, bombardé d’informations, il pourra paraître incongru que les personnages ne parlent ni ne pensent aux maladies, ou à la protection. Mais qui pour le leur dire ? D’autant que Benjamin vient d’une famille de Témoins de Jéhovah où le péché occupe une place fondatrice, et que Rasmus, fils unique, est couvé par sa mère jusqu’à l’étouffement, celle-ci ne soupçonnant même pas que son petit garçon puisse avoir une vie amoureuse. Inlassablement, Gardell insiste sur le fait que le spectateur de 2012 connaît tous les spoilers sur le virus du SIDA, mais que les héros de 1983 n’en sont qu’au pilote ; tous les voyants seraient au rouge aujourd’hui quand défilent à l’écran certaines situations, mais aucun moyen de retourner dans le passé et avertir Benjamin et Rasmus…

La mini-série est pourtant loin d’être une simple expérience pédagogique. C’est dans une mémoire à la fois intime et collective que Gardell pioche pour sa chronique. En témoignent les nombreux souvenirs qui s’enchevêtrent dans la narration ; rarement une fiction télévisée aura tant jonglé avec la conception du temps. Basculant sans la moindre transition (parfois en un seul plan presque subliminal) d’un moment à l’autre de la chronologie de l’histoire, Torka Aldrig Tårar Utan Handskar bombarde d’émotions, de sensations, d’évocations ; la série ne commence pas avec la rencontre de ses deux héros, elle commence dés leur enfance, alors que les deux petits garçons, ignorant évidemment l’un l’existence de l’autre, s’examinent dans leur reflet respectif, et découvrent qui ils sont. Ces souvenirs jalonnent la narration, comme d’autres « flashforwards » sur la fin, brutale, de certains personnages (la série s’ouvre même sur l’un d’entre eux, dans la douleur la plus nue). Bien qu’elle exige du spectateur une attention et une implication émotionnelle de chaque instant, cette structure lunatique possède une grande efficacité.

C’est un foisonnement d’expériences qu’offre Torka Aldrig Tårar Utan Handskar, donc, d’émotions puisées à tous les âges de la vie, qui racontent comment les identités se découvrent, se testent, s’assument, s’épanouissent, mais ne se changent pas.

Ce que ses personnages principaux, mais aussi leurs amis (visages affectueusement familiers au bout d’à peine un épisode pour le spectateur), exprime, c’est combien il est difficile, dans le Stockholm des années 80, de trouver une communauté, d’y être accueilli, et à l’aise. C’est réaliser aussi à quel point il est difficile d’exister en-dehors de cette communauté. C’est découvrir qu’on n’existe pas aux yeux de la famille de son partenaire après le décès de celui-ci. C’est avoir la gorge serrée quand de faux prétextes sont invoqués pour expliquer les morts aux amis et voisins. C’est lire les propos homophobes dans les journaux. C’est lutter sur tous les fronts à la fois, juste pour pouvoir aimer.

Voilà qui nous sommes, explique Jonas Gardell en filigrane de Torka Aldrig Tårar Utan Handskar, et voilà ce qui a fait de nous ce que nous sommes.
A travers ses deux héros, ses personnages secondaires, et ses visages anonymes aussi, la mini-série raconte comment une communauté a survécu à sa guerre. La communauté gay de Stockholm a fait son Vietnam, à travers ceux qui ont réussi à revenir vivants – mais pas indemnes. D’ailleurs, les spectateurs non plus.
Bien-sûr, l’expérience de cette communauté lui est propre ; difficile pourtant, à travers l’accumulation d’expériences aux sensations authentiques (plus encore pour ceux qui ont vécu les années 80), d’oublier que nous pouvons tous nous retrouver dans les personnages et leurs douleurs. Au-delà de la maladie et de ses implications, Torka Aldrig Tårar Utan Handskar parle aussi d’être soi, et de ce que cela coûte. Rompre les liens avec son éducation ou ses parents, accepter de se mettre au défi émotionnellement, admettre de se lier à des gens qui pourtant vont nous quitter… Loin d’être une série au sujet ciblé, au public-cible ultra-réduit, Torka Aldrig Tårar Utan Handskar incite chacun à être, pleinement, sans retenue, même s’il y a un prix à payer ; s’il n’y a qu’une leçon à retenir de son final, c’est bien celle-là ! Car quelle peut bien être l’alternative ?
Pour que les générations qui, fort heureusement (et par un hasard de calendrier, un peu plus depuis hier), ne connaîtront pas les mêmes tragédies dans une même mesure, Torka Aldrig Tårar Utan Handskar mériterait d’être vue par le plus grand nombre ; on attend avec impatience qu’une chaîne française s’en empare.

ladyteruki
http://ladytelephagy.canalblog.com/

Publicités