JOUR 3 : LE BILAN DU DAILY MARS

La troisième journée de Festival Séries Mania était marquée d’une pierre blanche par le Daily Mars. C’était la journée de notre investissement sur le blog du Festival. Du coup, on a déployé le gros dispositif et on a tout vu ! (oui, le monsieur qui s’est mis le doigt dans le nez pendant la projo de 14h, on vous a vu aussi). Une invasion martienne à Séries Mania…

A 14h30, c’était la conférence sur les coproductions. Serpent de mer de la fiction nationale, censée porter haut et fort les couleurs européennes face à l’ogre américain, ces attelages impressionnants ressemblent malgré tout à des châteaux de cartes. Si nous avons été séduits par les propos du britannique Richard Fell (pour Spies of Warsaw), et sa vision de la création (en gros, si on ne fait que des œuvres opportunistes, le téléspectateur s’en rendra compte et passera son chemin), on le fut moins par son négatif, Klaus Zimmerman (Jo). Sa compagnie est fondée sur des idées mercantiles qui, d’un point de vue purement pragmatique, se tiennent, mais qui donne naissance à des projets qui ne se situent nulle part: ni français, ni totalement européens car dirigés par des américains. On attend de voir ce qu’ARTE, avec sa nature européenne, va faire dans ce mode de production après avoir investi dans un Odysseus qui sera projeté à Séries Mania en marathon vendredi à 19h.

A 16h, Nicolas Robert a pu voir la seconde partie du documentaire Showrunners et est toujours enthousiaste sur la qualité du travail réalisé. Les projections de la journée ont été diversement reçues. Combatientes a laissé Julia Lagrée plus que perplexe, un sentiment partagé par d’autres visiteurs. Secret State a plutôt bien plu a Dominique Montay, qui loue le sérieux de la mise en scène, la qualité du personnage principal (et de l’interprétation toute en subtilité de Gabriel Byrne), mais se pose des questions pour la suite. C’est souvent le problème avec les mini-séries, il est compliqué de juger après la moitié des épisodes. Comme si on nous sortait d’un film en plein milieu.

Dos au Mur n’a pas rebuté Nicolas Robert. Polar français qui nous vient de Chérie 25, la série affiche les bonnes volontés de ses auteurs, et les limites de son budget. Elle l’a tout de même convaincue de continuer. A 19h30, c’était le moment « surréalisme et effets des drogues douces » avec « What Would Tony Soprano Do ? » conférence sur… et bien… ça parle des Soprano… et de Tony… et de notre rapport à Tony Soprano… Bref, la vidéo sera disponible sur le site de Séries Mania, donc vous pourrez voir par vous même.

20h30, c’était House of Cards, dans une salle comble. Une série très belle, magnifiquement produite, mais qui, d’après Nicolas Robert, manque un peu d’âme. Moins high-profile, les autres salles proposaient deux pépites, très chargées en humour et en émotion, avec l’israélienne Ananda qui nous raconte l’histoire d’Anna, jeune femme abandonnée par son mec en partant en Inde, qui se retrouve perdue dans le pays en compagnie de deux garçons qui, par altruisme, décident de la protéger. Une série qui a beaucoup touché Julia Lagrée. Dans les petites mais gavées salles 100 et 30, l’australienne Please Like Me, qui raconte les aventures de Josh, jeune garçon qui s’éveille à son homosexualité après que sa petite amie ait rompu avec lui. C’est une chronique douce-amère assez brillante, très bien écrite, avec un casting très attachant. Une très bonne surprise à ne pas manquer.

C’est avec ces mots que nous quittons le blog du Festival (1). Vous pouvez arrêter de paniquer, de dévaliser vos épiceries les plus proches, de vous réfugier dans des bunkers : les martiens retournent sur leur planète. Mais bon… on va revenir bientôt. Méfiez-vous…

La rédaction séries du Daily Mars
http://www.dailymars.net/

(1) : Merci à Oriane Hurard et à l’équipe du Festival Séries Mania. Pas que pour leur acceuil sur le blog, mais aussi sur les lieux.

Publicités